Benjamin Eby et les premiers mennonites au Canada

Benjamin Eby était l’arrière-petit-fils de Jacob Eby qui fut ordonné évêque des Mennonites à Zurich, en Suisse en 1663. Le fils de Jacob, Theodorus Eby, quitta la Suisse en 1704 pour échapper à la persécution des mennonites qui s’y déroulait et en 1715 il s’installa dans le comté de Lancaster en Pennsylvanie. Le frère aîné de Benjamin Eby, Peter, a servi comme évêque des Mennonites dans le comté de Lancaster de 1800 à 1843.

La tradition dans la famille Eby veut qu’ils étaient d’origine celtique tout comme de nombreuses autres familles mennonites suisses. Ils habitaient premièrement dans la région de la vallée du Pô en Italie et se sont venus en Suisse au 13e siècle pour échapper à la persécution.

Le 25 février 1807, Benjamin Eby épousa Mary Brubacher et partit la même année pour s’établir dans le comté de Waterloo, en Ontario, où d’autres mennonites du comté de Lancaster avaient commencé à s’installer vers 1800. Benjamin fut ordonné ministre des Mennonites du comté de Waterloo en 1809 et évêque à 1812. Dans les deux cas, son frère Peter est venu effectuer l’ordination.

En plus d’être un leader spirituel, Benjamin Eby était agriculteur, enseignant, écrivain et historien. Tout ce qu’il faudrait pour établir les familles de son assemblée et pour servir ses voisins, il s’est engagé à le faire. La ville qui a grandi autour de sa ferme s’appelait d’abord Ebytown. En 1833, il a été rebaptisé Berlin et en 1914, il est devenu Kitchener.

Il a organisé la première école dans le comté de Waterloo et a enseigné dans cette école pendant de nombreuses années. Il a compilé deux manuels scolaires en langue allemand et un hymnaire allemand. Il était également préoccupé par donner à ses voisins anglophones une explication claire de l’histoire et de la foi des mennonites. Ainsi, il a écrit une brochure intitulée Origine et doctrine des mennonites et l’a rendue disponible en allemand et en anglais.

Benjamin Eby était un prédicateur efficace, avec une connaissance profonde de la Bible, une compréhension tout aussi profonde des besoins spirituels des gens ordinaires et la capacité de rassembler les deux d’une manière qui touchait le cœur de ceux qui l’entendaient. C’était un homme doux, un ami de tous, et en même temps un ardent défenseur de la foi.

Il était parfois appelé à aider à résoudre des difficultés et des conflits dans d’autres assemblées mennonites en Ontario, dans les régions de Markham et de Niagara. Il a toujours travaillé pour maintenir la paix parmi les frères, mais jamais au prix de compromettre la foi qu’il aimait et avait promis de maintenir.

Advertisements

À propos de Bob Goodnough

Living today in the light of history and eternity.
Cette entrée, publiée dans l'histoire, est marquée , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s