Les petits héros

Récemment, dans une petite ville dans l’ouest de la France, un père était à la maison avec ses deux petits enfants, âgés de cinq et deux ans, tandis que sa femme travaillait dans une ville 12 km de chez eux. Soudainement, le père s’effondrait et n’a pas répondu aux questions du garçon de cinq ans.

Le garçon a décidé d’aller dire à sa mère ce qui est arrivé. Il a mis une veste, monté sur son vélo et a commencé sur la route. Il était allé trois kilomètres quand un agriculteur, au retour de chez lui après un cours d’art, l’a vu et l’a arrêté pour voir ce qui n’allait pas. Le garçon avait seulement son pyjama sous sa veste et des tongs aux pieds. Il était nuit, froid et il pleuvait ; le garçon était trempé et il frissonnait. Il a dit à l’agriculteur, « Mon papa est mort. »

L’agriculteur a pris le garçon dans sa voiture pour se réchauffer, tandis qu’un autre passant a téléphoné au numéro d’urgence. Le garçon ne savait pas son nom de famille ou son adresse. Les services d’urgence ont appelé le maire de la ville de 2 000. Il a digéré le peu d’informations que l’agriculteur et le garçon pouvait donner et a suggéré une adresse. Une ambulance est allée à cette adresse et a trouvé le père, qui n’était pas mort, mais avait subi une crise cardiaque, et l’a transporté à l’hôpital.

Le père fut bientôt en mesure de retourner à la maison pour récupérer. J’espère que, après une nuit tellement tumultueuse, le petit a obtenu au moins un jour de congé d’école.

Cette histoire m’a fait rappeler un incident qui a fait les nouvelles pendant que nous vivions à Montréal. Une jeune mère avait un type grave de diabète et s’inquiétait de ce qui se passerait si elle tombait dans un coma diabétique pendant que son mari était au travail. Elle a essayé de montrer à sa fille de trois ans comment composer le 911, mais la petite fille semblait penser que c’était un jeu et la mère a abandonné, pensant que l’enfant était tout simplement trop jeune.

Un jour, il est arrivé — la mère a glissé dans un coma diabétique. La petite fille alla au téléphone, décrocha le combiné et poussa le 9-1-1. Quand quelqu’un a répondit, elle a dit « Maman bobo, maman bobo », posa le téléphone et a ouvert la porte pour attendre l’arrivée de secours.

En peu de temps elle a vu arriver un camion de secours des pompiers, puis une ambulance, puis une voiture de police. Avec tous ces gens formés dans les soins d’urgence la mère a été rapidement fait sortir du coma, puis emmené à l’hôpital pour être examiné. Le mari est arrivé à l’hôpital pour constater que tout était maintenant bien et il fut bientôt en mesure de prendre sa famille et retourner à la maison.

Sans doute, ces deux petits enfants ont sauvé la vie de leurs parents. Les enfants doivent être enseigné leur nom complet, leur adresse et le numéro à appeler en cas d’urgence (911 en Amérique du Nord, 112 en Europe). Ne jamais sous-estimer la capacité d’un enfant d’aider.

Advertisements

À propos de Bob Goodnough

Living today in the light of history and eternity.
Cette entrée, publiée dans Uncategorized, est marquée , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s