Pourquoi apprendre le français?

Un livre de référence dit qu’il n’y a que soixante-dix millions de personnes qui parlent le français dans le monde. Ce n’est pas un nombre très important, pourquoi dois-je l’apprendre?

Pas si vite! Si vous regardez de près, ce livre donne le nombre estimé de personnes dont le français est leur langue maternelle (même ceci est discutable, je vais revenir sur ce sujet plus tard). A côté de ce nombre est le nombre de pays où le français est parlé par un nombre important de personnes. Ce nombre est soixante, faisant que le français est parlé dans plus de pays qu’aucun autre langage, à l’exception de l’anglais.

Des estimations plus réalistes du nombre de personnes qui parlent le français varient quelque peu, Wikipedia dit 340 millions. À l’heure actuelle, le nombre de personnes d’expression française en Europe et en Afrique est presque égal, mais la situation évolue rapidement. Comme la scolarité devient de plus en plus accessible à la population des pays francophones de l’Afrique, le français est en train de remplacer les langues autochtones. Ainsi, les estimations qui supposent que tous les Africains ont un langue autochtone comme langue maternelle sont de moins en moins réaliste. On estime que d’ici 2050 il pourrait y avoir 500 millions, ou plus, les personnes de langue française dans la seule Afrique.

Le nombre de personnes qui connaissent le français dans certains autres pays peuvent vous surprendre : plus de 10 millions en Allemagne et au Royaume-Uni, près de 3 millions en Égypte, plus de 2 millions aux États-Unis, environ un demi-million dans Viet Nam, Cambodge et Thaïlande, et ainsi de suite.

Il y a plus de 10 millions de francophones au Canada, c’est une de nos langues officielles. Beaucoup de parents, même ici en Saskatchewan, envoient leurs enfants dans des écoles d’immersion français parce qu’ils croient que la connaissance du français et de l’anglais sera un atout formidable pour leurs enfants.

Il ya beaucoup de communautés rurales à travers la Saskatchewan qui ont été établis il y a cent ans par des ressortissants francophones du Québec, de la France et de la Belgique. (Même des États-Unis ; mes grands-parents sont nés dans l’État de New York et ma grand-mère parlaient français. Malheureusement, la connaissance du français a sauté une génération — mon père n’a appris que quelques mots de sa mère.) Le français est en voie de disparition dans certains de ces communautés, mais pas tous.

Beaucoup de gens francophones ont migré vers les villes où leur nombre a été augmentée par les immigrants francophones. Il y a une division scolaire francophone qui opère des écoles dans quelques petites villes et la plupart de nos grandes villes. Les jeunes familles essaient de garder la langue. Lorsque j’entends des gens qui parlent français à Saskatoon, ils sont presque toujours de la jeune génération. Beaucoup d’immigrants qui n’ont ni l’anglais ni le français comme langue maternelle veulent que leurs enfants parlent couramment les deux langues.

Avec une population francophone en plein essor dans le monde, les possibilités pour l’évangélisation sont également en augmentation. Ici au Canada nous sommes idéalement placés pour apprendre le français pour répondre à ce besoin. L’internet nous donne accès à la littérature chrétienne en langue français aussi bien que des renseignements sur la culture d’autres pays. Je suis membre du comité de correction d’épreuves français de l’Église de Dieu en Christ, Mennonite, je vais donc vous proposer un site Web qui contient certaines des traités que nous avons revues: http://gospeltract.ca/fr/index.php

Advertisements

À propos de Bob Goodnough

Living today in the light of history and eternity.
Cette entrée, publiée dans Uncategorized, est marquée , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

3 réponses à Pourquoi apprendre le français?

  1. huguesandries dit :

    Oui oncle Bob, je suis entièrement d’accord. Aujourd’hui, la majorité des chrétiens (évangélistes) qui deviennent missionnaires semblent être des anglophones qui préfèrent s’installer dans des pays anglophones et y être missionnaires (il y a de nombreuses exceptions, mais elles confirment la tendance). Je crois que pour ceux (trop peu nombreux) d’entre nous qui parlons le français comme première, seconde ou troisième langue, il s’impose que nous devrions aller évangéliser les populations francophones. Je ne veux pas dire exclusivement (moi je suis en Inde où l’on parle plus de 1000 langues non apparentées au français) et je pense qu’il faut être ouvert à apprendre une autre langue aussi lorsque nous allons dans des pays où ce n’est pas la langue maternelle de la majorité de la population, de peur qu’on nous prenne pour de nouveaux colons. Dons si on va au Maroc ou au Liban, il faut penser à apprendre l’arabe aussi. Si l’on va au Burkina, le Mooré peut être utile. En Madagascar c’est le malgache, en Haïti c’est le créole haïtien, et en RDC c’est peut-être le lingala, le kikongo, le swahili ou le ciluba, selon la région.

    Je reçois sur mon site environ deux commandes de traités par semaine depuis deux mois. La moitié de ces commandes vient d’Afrique et d’Haïti, alors que l’autre moitié provient de France (et un peu du Québec). C’est sans compter les demandes d’informations au sujet de l’Église et tous les lecteurs passifs venus de 56 pays et territoires différents. Je ne veux pas me vanter, mais c’est pour dire plutôt ma surprise face au succès de ce blogue et un constat que nous pouvons toucher beaucoup de gens grâce au français et qu’il y a un réel intérêt de leur part, que ce soit en Côte d’Ivoire, en France, au Cameroun, en Suisse, en RDC, au Canada, en Haïti, au Togo ou ailleurs…

    Vraiment merci pour ceci. Il y a plusieurs francophones qui ne savent pas eux-même quel poids considérable leur langue garde à ce jour, et de quelle utilité elle est pour proclamer la bonne nouvelle à toutes les nations.

    Puisse Dieu nous utiliser selon son bon vouloir et non selon nos propres désirs.

    J’aime

  2. Bob Goodnough dit :

    Merci, Hugues pour ce commentaire.
    Pour quelques années notre médécin de famille était le Dr. Jules Bofoya, qui est venu de la R.D. Congo. Il a étudié en français, mais il parlait également le swahili, le kikongo, le lingala, le ciluba, le zulu et l’anglais. Une telle chose est possible. Le docteur Bofoya a ensuite déménagé au sud-est de la Saskatchewan, près d’un petit communauté de francophones.
    Lorsque nous vivions à Montréal il n’était pas inhabituel de rencontrer des gens qui parlaient trois langues, ou plus. Comme un certain M. Côté qui parlait couramment le français, l’anglais, l’allemand et le japonais. Mais nous, les anglophones, nous avons tendance à croire qu’apprendre une deuxième langue fera exploser nos têtes.

    Aimé par 1 personne

    • huguesandries dit :

      Exact! Ici en Inde aussi je rencontre beaucoup de gens qui parlent 3 à 5 langues. Je connais deux ou trois personnes ici qui parlent 8 ou 9 langues. Et dans de nombreux cas cela n’inclut pas l’anglais. Pour eux il est normal d’apprendre des langues tout au long de leurs vies, bien qu’ils ne les apprennent pas parfaitement. Ils ont l’avantage que souvent ces langues se ressemblent, même pour moi il est maintenant possible de suivre une conversation en bengali ou en népali alors que je n’ai étudié que le hindi. Je pense qu’il est temps pour nos écoles en Amérique de commencer à enseigner plus de langues, à commencer par une langue étrangère obligatoire à partir de l’âge de 7 ou 8 ans. Les français ne sont pas connus pour être de vrais linguistes, car comme les anglo-saxons ils n’ont pas tellement besoin d’apprendre une autre langue pour voyager et lire toutes sortes de livres. Mais le système éducatif français rend l’apprentissage de deux langues vivantes étrangères obligatoire et donne des options de faire plus. Donc j’ai fait allemand LV1, Latin (optionnel), LV2 espagnol et LV3 anglais (optionnel) et anglais avancé (optionnel). Au maximum, j’aurais pu étudier une langue de plus: le grec ancien… J’ai finalement convaincu mon père de ne pas le faire. Je ne parle pas couramment toutes ces langues aujourd’hui, mais je les comprends tout au moins à l’écrit et souvent à l’oral. Leur apprentissage m’a appris à mieux comprendre la grammaire d’autres langues que j’étudie maintenant comme le hindi et l’italien.

      Je ne vois pas pourquoi tant de gens ont peur d’apprendre des langues. C’est un très bon exercice mental.

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s