Les églises qui persécutent d’autres chrétiens

On pense souvent que, lors de l’établissement de la Réformation, l’Europe fut divisée en deux camps : les protestants (luthériens ou suisses) et les catholiques romains. On perd de vue un grand nombre des chrétiens qui n’appartenaient à aucun des deux camps. La plupart d’entre eux formaient des églises indépendantes. Ne comptant pas, comme les autres, sur l’appui du pouvoir civil, elles s’efforçaient de pratiquer les principes de l’Écriture comme aux temps apostoliques. Ces églises étaient si nombreuses que les deux grandes confessions liées à l’État les craignaient, pensant qu’elles constituaient une menace pour leur propre pouvoir, voire pour leur existence. Si un mouvement si important occupe peu de place dans l’historie de cette époque, c’est parce que les grandes Églises, catholique et protestante, faisait constamment appel au pouvoir civil, l’anéantirent presque totalement… Le parti victorieux réussit encore à détruire une partie considérable de [leur] littérature, puis, se constituant historien de ces églises, ils les représenta comme attachées à des doctrines qu’elles ont constamment répudiées et leur donna des noms ayant une signification odieuse.

En 1527, sous la présidence de Michaël Sattler et d’autres, une conférence fut tenu à Baden. On y décida : 1) que seuls les croyants devaient être baptisés ; 2) que la discipline devrait être exercée dans les églises ; 3) que la Sainte Cène serait célébrée en mémoire de la mort du Sauveur; 4) que les membres de l’Église ne devaient pas s’allier au monde ; 5) que le devoir des conducteurs du troupeau était d’enseigner, d’exhorter, etc. ; 6) que le chrétien ne devait pas employer l’épée ou recourir à la loi ; 7) qu’il ne devait pas prêter serment.

Sattler était infatigable à prêcher la Parole dans plusieurs contrées. Au printemps de 1527, il se rendit à Strasbourg et en Wurtemberg. Il fut arrêté à Rottenberg et condamné à mort pour ses doctrines. Conformément au jugement du tribunal, il fut honteusement mutilé en différentes parties de la ville, puis ramené à la porte de la cité, où ce qui restait de lui fut jeté au feu. Sa femme et d’autres chrétiennes furent noyées et bon nombre de frères qui avaient été avec lui en prison furent décapités. Ces exécutions furent les premières d’une terrible série à Rottenberg.

-extrait du L’Église ignorée, E. H. Broadbent

Advertisements

À propos de Bob Goodnough

Living today in the light of history and eternity.
Cette entrée, publiée dans l'histoire, est marquée , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s