Quatre types de péché

À mon avis, les Écritures parlent de différents types de péché. Le premier type est la nature corrompue et pécheresse, à savoir, la convoitise ou désir de notre chair contraire à la loi de Dieu, et contraire à la justice originelle ; le péché qui est hérité à la naissance par tous les descendants et les enfants d’Adam pécheur et corrompu, et n’est pas improprement appelé le péché originel. De ce péché David dit : Voici, je suis né dans l’iniquité; et ma mère m’a conçu dans le péché. Le Seigneur a dit à Noé : Les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. Paul dit aussi, Nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres.

Oui, chers lecteurs, puisque nous tous avons part à ce mal, nous serions tous continué dans la mort si la justice, l’intercession, la mort, et le sang de Jésus-Christ ne nous était pas donné comme une réconciliation avec Dieu notre Père céleste. Romains 5.8. Mais maintenant, à cause de Christ, il n’est plus imputé comme péché à nous. Romains 3.5, 6, 8.

Le deuxième type de péché est le fruit de ce premier péché et n’est pas improprement appelé le péché actuel par les théologiens. Ils sont les suivants : l’adultère, la fornication, l’avarice, la dissipation, l’ivresse, la haine, l’envie, le mensonge, le vol, le meurtre, et l’idolâtrie. Ils sont aussi appelés œuvres de la chair par Paul (Galates 5) ; parce qu’ils ont leur origine dans la chair corrompue et pécheresse qui est né d’Adam. Romains 5 ; Éphésiens 5.

Partout où le péché originel, qui est la mère, et le péché actuel, qui est le fruit, sont liés ensembles, il n’y a pas de pardon, ni promesse de la vie ; mais la colère et la mort demeurent, à moins qu’on ne se repent de ces péchés, comme témoignent les Écritures.

Si maintenant le pouvoir du péché originel doit être brisé, et le péché pardonné, alors nous devons croire la Parole du Seigneur, être né de nouveau par la foi et en vertu de la nouvelle naissance, et par la vraie repentance résister au péché originel et mourir au péché actuel si nous voulons être pieux. Parce que la naissance naturelle qui est d’Adam est impure et pécheresse, et engendre tout mal et injustice jusqu’à la mort selon la volonté du diable, par contre la naissance céleste qui est de Dieu est propre et pure, et engendre tout justice et piété à la vie selon la volonté de Dieu. Romains 5.1 ; 1 Jean 3.5.

Le troisième type de péché est la faiblesse humaine, les erreurs et les faux pas qui sont encore trouvés quotidiennement parmi des saints, ceux qui ont été régénérés, comme les pensées insouciantes, les paroles imprudentes, et les manquements de conduite non prémédités. Ceux-ci, bien qu’ils jaillissent des péchés mentionnés ci-dessus, comme font les péchés des incrédules et impénitents, ne sont pas identiques avec eux. Il y a cette difference : les incrédules qui sont encore inchangées dans leur première naissance commettent le péché avec plaisir et audace, et sans hésitation. En raison de l’aveuglement de leur nature corrompue, ils ne savent pas combine leurs péchés sont vilains et d’ailleurs ils ne considèrent pas leurs actions d’être péchés, à cause de leur incrédulité. La loi n’a pas encore fait connaître à eux leur péché.

Mais ceux qui sont nés d’en-haut ont peur de tout péché. Ils connaissent par la loi que tout ce qui est contraire à la justice originelle est le péché, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, importante ou insignifiante. Par conséquent, ils se battent tous les jours en esprit et avec foi contre leur faible chair. Ils soupirent et se lamentent sur leurs erreurs, qu’ils abhorrent sincèrement avec Paul et à laquelle ils ne consentent pas. Ils savent qu’ils sont contraires à la justice originelle et à la loi de Dieu, et sont donc un péché. Ils s’approchent du trône de la grâce chaque jour avec des cœurs contrits et prient, Père saint, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Ils ne sont pas rejetés par le Seigneur à cause de ces défaillances qui ne sont pas commis délibérément et intentionnellement mais contrairement à leur volonté, simplement par faiblesse et manque de prévenance — nous avons comme exemple Pierre, qui a trois fois renié le Seigneur — car ils sont sous la grâce et non sous la loi, comme dit Paul. La semence de Dieu, la foi en Jésus-Christ, la naissance qui est de Dieu, et l’onction de l’Esprit Saint demeurent en eux. Ils s’exercent dans une bataille constante et sans fin ; ils crucifient leurs convoitises tant qu’ils vivant ; ils veillent et prient sans cesse ; et même s’ils sont des enfants pauvres et imparfaits, ils se réjouissent néanmoins avec confiance dans des mérites du Christ, et louent le Père pour sa grâce.

Voici cette nature défectueuse et faible les saints ont toujours déploré. Par conséquent Jean dit, Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 1 Jean 1.8, 9.

La quatrième sorte de péché est la suivante. Après qu’on est illuminé dans son cœur par l’éclat céleste de la vérité éternelle, a reçu la vraie connaissance de Christ et de sa sainte Parole, a goûté les dons célestes, la bonté du Seigneur, et la puissance du monde à venir, a reçu le Saint-Esprit et est né de Dieu ; mais carrément par la méchanceté, la malice et l’obstination, contraire à son cœur et à l’Esprit qui est en lui, renonce à toutes les connaissances et la grâce, rejette l’Esprit et la Parole de Dieu ; éjecte le doux vin nouveau dont il a bu ; hait et blasphème et insulte toute la vérité, consciemment et volontairement avec les pharisiens et les scribes, l’attribuant au diable, malgré que sa conscience lui convainc que c’est la volonté, Parole, puissance et œuvre de Dieu ; et il revient ensuite au chemin large, et dit en son cœur avec tous les mauvais esprits, je refuse d’être soumis. Quel genre de péché c’est je vais laisser au jugement de la Parole du Seigneur. Nombres 15; Matthieu 12; Marc 3; Luc 12; 1 Jean 5; Hébreux 6.

Cher lecteur, ne vous méprenez pas. Je ne parle pas des restes de la vieille nature, même si elles sont aussi grandes que la chute de David (de laquelle puisse le grand Seigneur éternellement sauve ceux qui lui appartiennent) qui a été si misérablement trompé par les convoitises de la chair. Mais je parle de ceux qui par méchanceté, carrément, volontairement et à dessein foulent aux pieds le Fils de Dieu, jugent que le sang du Nouveau Testament est impur, et profane l’Esprit de la grâce.

Ô cher lecteur, prenez garde et n’oubliez pas qu’il est écrit, C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. Hébreux 10.31.

Et même si un tel blasphème et péché volontaire n’avait pas de sacrifice en Israël (Nombres 15), et bien que pour le péché contre le Saint-Esprit il n’y a pas de pardon comme Christ a dit (Matthieu 12 ; Marc 3 ; Luc 12), néanmoins je conseille tous ceux qui craignent Dieu, autant que je suis capable, que si quelqu’un est revenu aux œuvres de la chair et de la mort après sa confession et le baptême, à considérer la chose avec sagesse et de ne pas faire une erreur dans un tel cas par une jugement prémature et inopportun. Car le Seigneur, à qui rien n’est caché, sait ce qu’est le péché qu’il a commis, s’il a péché contre le Saint-Esprit ou non. Mais qu’ils exhortent un tel homme selon la Parole du Seigneur. S’il se repent de bon cœur, s’il montre de vrais fruits de la repentance selon les Écritures, s’il reçoit un cœur brisé, contrit et repentant une fois de plus, et un esprit paisible, joyeuse et heureux, alors il est évident qu’il n’a pas péché contre le Saint-Esprit. Mais s’il reste impénitent, continue dans son entêtement, et méprise volontairement jusqu’à la fin Christ et Sa Parole, puis son comportement montre ce qu’est le péché qu’il a commis, et que sa fin et sa récompense sera la mort. Romains 1.8 ; 1 Corinthiens 6 ; Galates 5 ; Éphésiens 5 ; 1 Jean 3.5 ; Apocalypse 21.22.

Voici, cher lecteur, ainsi nous croyons que tous les péchés externes et internes ont leur réconciliation dans le mérite et la puissance du sang du Seigneur, si on se repent vraiment d’eux selon les Écritures.

Que chacun prenne garde qu’il marche dans la crainte du Seigneur et accepte sa grâce, de peur qu’il ne soit livré au mauvais esprit, pour tomber dans le jugement du Seigneur, et que la repentance qui prévaut devant Dieu lui soit refusé. Car Christ dit : Quiconque se livre au pèche est esclave du péché. Pierre dit : Car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. Que personne donc ne soit pas vaincu par le péché, de peur qu’il ne devient pas esclave du péché. Ceci est incontestable.

-Menno Simons

Advertisements

À propos de Bob Goodnough

Living today in the light of history and eternity.
Cette entrée, publiée dans Citations, est marquée , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s