Les Mennonites pendant la révolution française

Au moment où éclata la Révolution, et où tout fut jeté en bloc au creuset d’où sortit un monde nouveau, les Anabaptistes devaient inévitablement attirer l’attention des forcenés  de la fièvre égalitaire.

Après une démarche de délegués anabaptises le Comité de Salut Public addressa la lette suivante aux corps administratifs le 19 août 1793:

« Les Anadbaptistes de France, citoyens, nous ont député quelques-uns d’entre eux pour nous représenter que leur culte et leur morale les interdisaient de porter les armes, et pour demander qu’on les emplyât dans les Armées à tout autre service.

Nous avons vu des cœurs simples en eux, et nous avons pensé qu’un bon gouvernement devait employer toutes les vertus à l’utilité commun. C’est pourquoi nous vous invitons d’user envers les Anabaptistes la même douceur qui fait leur caractère, d’empêcher qu’on les persécute, et de leur accorder la service qu’is demanderont dans les Armées, tel que celui des pionniers et celui des charrois, ou même de permettre qu’ils s’acquittent de ce service en argent.

Signé au registre : Couthon, L. Carnot, Hérault, Saint-Just, Thuriot, Robespierre »

 

Publié dans l'histoire | Marqué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une parabole au sujet d’une autre

Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles. Il a trouvé une perle de grand prix ; et il est allé vendre tout ce qu’il avait, et l’a acheté. Les paroles de Jésus trouvées dans Matthieu 13.45-46

 

oyster-57650_640

Le renommé journaliste d’investigation, Ernest Fouillard, vient de rentrer d’un voyage au Moyen-Orient où il a pu retrouver un descendant du marchand dans le compte de Jésus. Voici son rapport :

Joseph ben Ezra ne voulait pas que je dise où il vit, alors je vais simplement dire que sa maison se trouve dans un petit village montagneux. Sa maison est petite et peu meublée. Il ne semble pas ni trop pauvre ni trop riche, mais capable de pourvoir aux besoins de sa famille en tissant des tapis de style traditionnel.

— M. ben Ezra, j’entends dire que vous êtes descendant du marchand de perles dont Jésus a parlé ?

— Oui, par la grâce de Dieu, je suis l’un des descendants de cet illustre homme.

— Que pouvez-vous me dire au sujet de votre ancêtre ?

— Il était un homme riche, mais il a vendu tout ce qu’il avait pour obtenir cette perle précieuse. Bien sûr, il ne voulait jamais vendre cette perle, alors il s’est efforcé de gagner sa vie dans la manière dont je la fais aujourd’hui. Il a laissé des instructions à ses descendants pour qu’ils vivent toujours humblement et simplement afin d’honorer Dieu pour l’excellent cadeau qu’il avait trouvé.

— Qu’en est arrivé à la perle après la mort de votre ancêtre ?

— Personne ne le sait. C’est disparu.

— Il ne l’a pas légué à ses enfants ?

— Il y avait des mots mystérieux dans son testament. Il a dit que la perle ne pouvait pas être donnée d’une personne à un autre, mais chacun devrait faire comme il l’a fait, vendre tout ce qu’il a pour obtenir la perle.

— Avez-vous fait cela ?

— Je ne suis pas un homme riche. Tout ce que je possède serait une somme trop insignifiante pour acheter une telle perle.

—Quelqu’un de votre famille a-t-il obtenu une telle perle ?

—Il y a des histoires. Une fois, j’ai rencontré un cousin lointain qui a dit qu’il avait une telle perle. Il m’a raconté la même histoire mystérieuse sur la façon dont je pourrais en avoir une. Je devrais vendre tout ce que j’ai, même la coquille qui contenait autrefois la perle.

— Vous avez la coquille originelle ?

— Oui.

Il m’a montré une grande coquille d’huître, soigneusement enveloppée dans un chiffon.

Vous avez la coquille, mais non pas la perle ?

— Oui, mais ne voyez-vous pas combien elle est belle ? Voyez comment la nacre à l’intérieur brille. C’est une chose magnifique et précieuse. Je ne peux pas me permettre la perle, mais ce trésor me rappelle continuellement cette perle que mon ancêtre a trouvée.

Toutefois, vous n’avez que la coquille, pas la perle.

—Bien sûr, mais cela suffit. Dieu voudrait-il vraiment que je vends tout, même la coquille, et prive ma famille de tout ce que j’ai pour les faire vivre ? Ce serait déraisonnable.

—Merci pour votre temps, monsieur ben Ezra.

— De rien. Que la paix de Dieu soit avec vous.

Curieusement, j’ai rencontré plus tard quelques parents de M. ben Ezra. Chacun m’a raconté presque la même histoire et chacun avait une coquille d’huître qu’ils prétendaient être l’originelle.

Publié dans les contes | Marqué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Bravo M. Farron

« Être un leader politique – en particulier d’un parti progressiste et libéral en 2017 – et de vivre en tant que chrétien engagé, pour tenir fidèlement à l’enseignement de la Bible, semble être impossible pour moi ».

« Je semble être sujet de suspicion à cause de ce que je crois et dans qui je mets ma foi. Dans ce cas, nous nous trompons si nous pensons que nous vivons encore dans une société tolérante et libérale. Et c’est pourquoi j’ai choisi de démissionner en tant que chef des Liberal Democrats. »

paroles de Tim Farron lorsqu’il a annoncé hier sa décision de démissionner de la direction du Parti libéral-démocrate au Royaume-Uni (un petit parti avec 12 sièges au parlement actuel).

Publié dans non categorisé | Marqué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Manchester et les croisés

knight-1526945_1280.jpg
Les extrémistes islamiques racontent aux jeunes musulmans qu’il est leur devoir religieux de
punir les nations chrétiennes parce qu’ils sont descendants des Croisés qui ont causé des ravages sur les musulmans il y a tant d’années. Il y a de graves lacunes dans cette approche simpliste:

1. Les croisades ont été des efforts des papes pour élargir leur influence politique. La religion n’était qu’un camouflage pour leur véritable but.

2. Les croisades étaient aussi dirigées contre des personnes qui se disaient chrétiennes mais n’étaient pas des catholiques romains : la destruction de Constantinople, siège de la foi orthodoxe grecque ; La croisade albigeoise qui a trempé le sud de la France dans le sang.

3. Les Croisades étaient manifestement contraires à la vraie foi en Jésus-Christ, un fait reconnu même par la plupart des catholiques romains de nos jours.

4. Il est absurde d’étiqueter les nations d’Europe et d’Amérique du Nord comme nations chrétiennes lorsque la majorité des gens n’ont aucun lien avec une église.

5. Les croisades ont probablement causé autant de mal au christianisme qu’à l’islam. Outre l’abattage d’innocents chrétiens simplement parce qu’ils n’étaient pas catholiques romains, ils ont laissé une tache durable sur la perception du christianisme de nombreuses personnes.

De la même manière, les extrémistes islamiques de nos jours font plus de mal aux autres musulmans que chez les chrétiens.

Laissant de côté toute réflexion sur la nature de la foi islamique, je crois que la plupart des musulmans veulent vivre en paix. Ils ne veulent pas être considérés comme des complices ou des sympathisants des extrémistes. Ne serait-il pas merveilleux si les parents musulmans et les Imams partout trouvassent un moyen d’enseigner à leurs enfants que les actes de brutalité et l’abattage d’enfants innocents nuisent davantage à d’autres musulmans que quiconque d’autre ?

Publié dans l'histoire | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La repentance et l’amendement de la vie

Nous croyons et nous confessons que, puisque la nature du cœur de l’homme est mauvaise dès sa jeunesse (Genèse 8.21 ; Ézéchiel 12.2), et que par là il est enclin à toutes sortes d’injustices, de péchés et de malice, la première leçon du Nouveau Testament est la repentance et l’amendement de la vie (Marc 1.15). Les hommes ayant des oreilles pour entendre et des cœurs pour comprendre, doivent produire des fruits convenables à la repentance, s’amender et croire à l’Evangile, laisser le mal et faire le bien, cesser de vivre dans l’injustice, renoncer au péché, et de dépouiller le vieil homme avec ses œuvres (Colossiens 3.9), pour être revêtus du nouvel homme, qui est créé selon Dieu, dans une justice et une sainteté véritable. Car ni le baptême, ni la sainte Cène, ni la communion avec les fidèles, ni autres cérémonies extérieures ne peuvent plaire à Dieu sans la foi, sans la régénération, sans changement et sans renouvellement de vie. Tout cela ne peut donner de consolation, ni d’espérance pour le salut, mais il faut s’approcher de Dieu avec un cœur sincère, avec une confiance pleine et parfaite (Hébreux 10.22) et croire en Jésus-Christ ainsi que l’Écriture le dit et le témoigne (Jean 7.35). Par cette foi nous recevons le pardon de nos péchés, nous sommes sanctifiés et justifiés et devenons enfants de Dieu. Comme tels, nous sommes rendus participants de son Esprit, de sa nature et de sa nature divine (2 Pierre 1.4), étant nés de Dieu et régénérés par une semence incorruptible (1 Pierre 1.23).

-Sixième article de la Confession de foi de Dordrecht de 1632

Publié dans Confessions de foi | Marqué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une raison pour vivre

Quelque part aux États-Unis habite un homme nommé Bill. Bill est atteint d’une sclérose latérale amyotrophique depuis vingt ans. Pendant la plus grande partie de ce temps, il a été physiquement impuissant, incapable de marcher, de parler ou d’utiliser ses muscles d’aucune manière.

Cela amènera le désespoir, n’est-ce pas ? Mais écoutez ce que fait Bill dans cette condition. Les seules choses qu’il peut contrôler sont ses yeux. Avec eux il exploite un ordinateur. Il passe dix à douze heures par jour assis dans son fauteuil roulant face à son écran. Une caméra sur l’ordinateur qui suit ses yeux lui permet de lire la Bible, les livres électroniques, les courriels, les blogues. Plus de ça, il peut utiliser cette caméra pour écrire aux autres et pour écrire son propre blogue. Parce que le processus prend tellement de temps, et parce qu’il est perfectionniste, il écrit sur son blogue seulement une fois par mois. Il parle d’avoir un espoir inébranlable.

Ceux-là semblent déjà des réalisations impressionnantes pour un homme qui est physiquement impuissant, mais il y a de plus. Il travaille avec une organisation missionnaire en ligne et est en contact quotidiennement avec des gens du monde entier, plusieurs dans des pays où un missionnaire ne pouvait pas voyager physiquement. De son fauteuil roulant, il va dans le monde entier pour partager l’évangile.

La famille de Bill lui est un grand soutien. Sa femme est son principal aidant et travaille à la maison à un emploi à plein temps. Leurs filles, qui étaient petites lorsque Bill a été diagnostiqué avec son maladie, sont maintenant adultes. L’une est mariée et Bill est grand-père. Bill estime que Dieu l’a béni pour qu’il puisse servir les autres.

Comment notre attitude envers la vie se compare-t-elle à celle de Bill ?

Publié dans témoignage | Marqué , , , , , , | Laisser un commentaire

Quelle est votre raison de vivre ?

23b819961e2fbba6a8c35febf39df4ab_old-people-clip-art-free-clipart-old-man-with-cane_337-500.png

Quand on est jeune, on dépense sa santé pour gagner des richesses.

Quand on est vieux, on dépense ses richesses pour regagner la santé.

Ne doit-on pas avoir meilleur raison de vivre que ça ?

Publié dans non categorisé | Marqué , , , , | Laisser un commentaire

Christ en vous, l’espérance de la gloire

Jésus prononça les paroles suivantes en enseignant dans la synagogue de Capernaum. Ils étaient choquants, sans doute délibérément.

Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père ; ainsi celui qui me mange, vivra par moi. C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n’en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement. (Jean 6 : 53-58)

Sur ces paroles, beaucoup de ceux qui suivaient Jésus se sont détournés de lui. Ces paroles mystérieuses ne semblaient pas du tout comme les paroles du Messie dont ils attendaient. Lorsque Jésus demanda aux douze s’ils aussi se détournaient de lui, Pierre réponda : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Et nous avons cru que tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. »

L’apôtre Paul a expliqué le mystère comme ceci dans Colossiens 1 : 26-27 : « le mystère caché de tout temps et dans tous les âges, mais révélé maintenant à ses saints, à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir ; Christ en vous, l’espérance de la gloire. »

La clé pour comprendre le royaume du Messie c’est que les citoyens de ce royaume sont des gens qui ont Jésus-Christ à l’intérieur d’eux, dirigeant leurs vies de son place dans leur cœur. Chaque fois qu’une personne est née de nouveau, le Seigneur Jésus-Christ est incarné en eux.

C’était la promesse de Jésus à ses disciples dans Jean 14 : 16-18 : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternelleemnt avec vous ; l’Esprit de vérité ; que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins : je viendrais à vous. » Il répète la promesse dans sa prière dans le chapitre 17 de Jean : « moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimé comme tu m’as aimé. »

Paul explique la promesse un peu plus loin dans le chapitre huit de Romains : « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. »(versets 9-11).

La promesse est que le croyant aura à la fois le Saint-Esprit et Jésus-Christ habitant en lui. « Il (l’Esprit Saint) sera en toi / Je (Jésus) viendrai à vous. » « Si du moins l’Esprit Dieu habite en vous / et si Christ est en vous ».

Je crois que c’est ce dont parle l’apôtre Jean dans les versets suivants : « Reconnaissez à ceci l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair est de Dieu ; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n’est pas de Dieu, c’est celui de l’antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde. »(1 Jean 4 : 2-3). Je ne pense pas qu’il veut dire qu’il suffit de croire que Jésus a déjà marché sue cette terre dans la chair humaine. Nous devons savoir qu’il est ici en ce moment, dans ma chair et dans votre chair, si nous sommes chrétiens.

« Il n’y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre ; mais Christ est tout et en tous » (Colossiens 3 :11). Christ est en chaque chrétien, peu importe notre origine ethnique, notre statut social ou économique. C’est le signe particulier d’un vrai chrétien, reconnaissable uniquement par d’autres chrétiens.

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , | Laisser un commentaire

La voie de la paix

Pour ce qui regarde de la vengeance ou le pouvoir de résister à ses ennemis avec l’épée, nous croyons et nous confessons que le Seigneur Jésus a défendu et interdit toute vengeance et toutes représailles à ses disciples et à ses imitateurs, et que par contre il leur a ordonné et commandé de ne rendre à personne mal pour mal, ni outrage pour outrage, et de mettre l’épée dans son fourreau, ou, comme ont dit les prophètes, de faire des épées des hoyaux pour labourer la terre. De là nous comprenons que pour suivre son exemple, sa doctrine et sa vie, il ne nous est permis d’offenser personne, ni de la faire de la peine ou du tort ; mais qu’il nous convient plutôt de chercher à procurer tout le bien possible et le bonheur de tous les hommes, et que, lorsque la nécessite le demande, nous sommes obligés de fuir d’une ville ou d’un pays dans une autre, de souffrir l’enlèvement de nos biens, mais de n’offenser personne, et lorsqu’on est battu sur une joue, de présenter plutôt l’autre joue, que de venger soi-même ou de rendre des coups. Que nous devons, d’ailleurs, prier pour nos ennemis, lorsqu’ils ont faim ou soif, leur donner à manger et à boire, les surmonter par les bienfaits et fermer ainsi la bouche de l’ignorance. Enfin que nous sommes obligés de faire du bien, et de nous rendre approuvés à toute conscience des hommes, et que selon la loi de Christ nous ne devons faire à personne que ce que nous voudrions que nous fût fait à nous-mêmes.

  • extrait d’une confession de foi Mennonite de l’an 1623, traduction française de1862
Publié dans Confessions de foi | Marqué , , , , , , | Laisser un commentaire

Pensée du jour

Et si l’on peut te prendre ce que tu possèdes, qui peut te prendre ce que tu donnes ?

Antoine de St-Exupéry

Publié dans Citations | Marqué , | Laisser un commentaire