Service chrétien

Mardi, après les funérailles de ma cousine, j’ai parlé avec quelques cousins et cousines d’une génération plus jeune. (Cela veut dire ceux qui étaient dans la cinquantaine.)

Ron est directeur exécutif d’une organisation qui transporte des bénévoles dans des communautés nordiques éloignées pour diriger l’école biblique de vacances pendant l’été et pour garder contact à d’autres moments de l’année. Ils tiennent aussi des études bibliques avec les jeunes dans ces communautés ; parfois ils vont dans les écoles pour prier avec les élèves et les enseignants. Les gens de ces communautés sont principalement De, Cri et Ojibwé. La mission est bien reçue, les écoles bibliques de vacances atteignent 5 000 enfants chaque été et les communautés sont bien disposés envers eux.

Jackie (pas son vrai nom) était la directrice exécutive d’un centre de désintoxication basé sur la foi. Le programme était largement financé par le gouvernement et, il y a deux ans, le gouvernement a décidé de retirer son financement. On a tenté de recueillir suffisamment d’argent grâce à des dons pour continuer, mais cela n’a pas fonctionné.

Le gouvernement a dit qu’il voulait soutenir des programmes fondés sur des preuves, non pas des programmes basés sur la foi. Je me demandais à ce sujet, surtout lorsque Jackie a mentionné que beaucoup de leurs clients avaient des problèmes de culpabilité. Ce serait probablement le point de friction. Du point de vue psychologique, les sentiments de culpabilité sont le problème. La thérapie psychosociologique vise à aider les gens à se débarrasser de tels sentiments.

En tant que chrétiens, nous reconnaissons qu’il y a parfois des sentiments de culpabilité qui tourmentent l’esprit, mais qui ne sont pas produits par une culpabilité réelle. Mais le plus souvent le seul moyen efficace de se libérer des sentiments de culpabilité est de reconnaître que nous sommes vraiment coupables. Alors il devient possible de chercher le pardon et de pardonner aux autres. C’est le chemin de la délivrance. Ne vous attendez pas à ce que les gouvernements comprennent cela. Au moins non pas dans les temps où nous vivons.

Grâce à Dieu, il y a encore beaucoup d’organisations confessionnelles qui sont financées par des dons et qui font un travail efficace que la psychologie et les gouvernements ne peuvent pas accomplir.

Advertisements
Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Benjamin Eby et les premiers mennonites au Canada

Benjamin Eby était l’arrière-petit-fils de Jacob Eby qui fut ordonné évêque des Mennonites à Zurich, en Suisse en 1663. Le fils de Jacob, Theodorus Eby, quitta la Suisse en 1704 pour échapper à la persécution des mennonites qui s’y déroulait et en 1715 il s’installa dans le comté de Lancaster en Pennsylvanie. Le frère aîné de Benjamin Eby, Peter, a servi comme évêque des Mennonites dans le comté de Lancaster de 1800 à 1843.

La tradition dans la famille Eby veut qu’ils étaient d’origine celtique tout comme de nombreuses autres familles mennonites suisses. Ils habitaient premièrement dans la région de la vallée du Pô en Italie et se sont venus en Suisse au 13e siècle pour échapper à la persécution.

Le 25 février 1807, Benjamin Eby épousa Mary Brubacher et partit la même année pour s’établir dans le comté de Waterloo, en Ontario, où d’autres mennonites du comté de Lancaster avaient commencé à s’installer vers 1800. Benjamin fut ordonné ministre des Mennonites du comté de Waterloo en 1809 et évêque à 1812. Dans les deux cas, son frère Peter est venu effectuer l’ordination.

En plus d’être un leader spirituel, Benjamin Eby était agriculteur, enseignant, écrivain et historien. Tout ce qu’il faudrait pour établir les familles de son assemblée et pour servir ses voisins, il s’est engagé à le faire. La ville qui a grandi autour de sa ferme s’appelait d’abord Ebytown. En 1833, il a été rebaptisé Berlin et en 1914, il est devenu Kitchener.

Il a organisé la première école dans le comté de Waterloo et a enseigné dans cette école pendant de nombreuses années. Il a compilé deux manuels scolaires en langue allemand et un hymnaire allemand. Il était également préoccupé par donner à ses voisins anglophones une explication claire de l’histoire et de la foi des mennonites. Ainsi, il a écrit une brochure intitulée Origine et doctrine des mennonites et l’a rendue disponible en allemand et en anglais.

Benjamin Eby était un prédicateur efficace, avec une connaissance profonde de la Bible, une compréhension tout aussi profonde des besoins spirituels des gens ordinaires et la capacité de rassembler les deux d’une manière qui touchait le cœur de ceux qui l’entendaient. C’était un homme doux, un ami de tous, et en même temps un ardent défenseur de la foi.

Il était parfois appelé à aider à résoudre des difficultés et des conflits dans d’autres assemblées mennonites en Ontario, dans les régions de Markham et de Niagara. Il a toujours travaillé pour maintenir la paix parmi les frères, mais jamais au prix de compromettre la foi qu’il aimait et avait promis de maintenir.

Publié dans l'histoire | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Écrire et témoigner efficacement

Il y a deux sortes d’écrivains. Le premier est le novice qui a un désir ardent de raconter une histoire ou d’annoncer une vérité. Se sentant peu sûr de ses capacités, il adopte un ton formel, utilise les mots les plus impressionnants qu’il puisse trouver, ajoute des adjectifs – beaucoup d’adjectifs audacieux, beaux, glorieux, exubérants. Il ne laisse rien échapper, pas même le moindre détail ; pourtant, il oublie des informations importantes parce que tout le monde le sait quand même. Sa famille et ses amis disent que l’écriture est merveilleuse ; il devrait le publier. Les autres ne disent pas grande chose, mais ils arrêtent de lire après le deuxième paragraphe.

Le deuxième type est celui qui pense au lecteur du début jusqu’à la fin de son écriture. Elle considère ce qu’un lecteur pourrait ne pas connaître et tisse cela dans l’écriture. Elle élague des informations non pertinentes, essaye d’éliminer tous les adjectifs, et n’utilise jamais un grand mot lorsqu’un petit fera l’affaire. Il y a de fortes chances qu’un éditeur soit intéressé par cette écriture.

La plupart d’entre nous commencent comme le novice, mais finissent par apprendre la douloureuse vérité que personne ne s’intéresse à notre ton pompeux. En fait, ils ne sont guère intéressés en nous. Peu à peu, nous apprenons à nous faire disparaître dans le décor et à mettre l’histoire au premier plan. Nous nous demandons : comment puis-je le dire pour retenir l’attention des lecteurs et lectrices?

La même approche s’applique lorsque nous voulons partager notre foi. Si nous faisons beaucoup d’effort à exposer nos qualifications pour partager le message chrétien, les gens sont rebutés. Ils arrêtent d’écouter.

Parfois, une personne se sent obligée de déclarer son humilité abjecte. C’est la même chose. Il se vante de sa qualification d’homme de Dieu pour nous faire savoir que nous devrions écouter son message. Toutes ces vantardises sont vaines.

Si notre famille a été chrétienne pendant plusieurs générations, nous sommes tentés de créditer notre salut à l’exemple et à l’enseignement de nos parents et grands-parents. C’est confondre notre généalogie avec notre héritage spirituel, et cela donne aux autres l’impression que s’ils ne s’inscrivent pas dans ce genre de généalogie, ils n’appartiennent pas dans les cercles chrétiens.

Dieu n’a pas de petits-enfants. Combien de fois avons-nous entendu cela ? Est-ce qu’il s’est enfoncé dans notre cœur?

Si nous sommes chrétiens aujourd’hui, cela signifie qu’à un certain moment le Saint-Esprit nous a montré que nous étions perdus. Nous étions des pécheurs, n’ayant aucun espoir dans quoi que ce soit de ce monde. La justice de nos parents ne pouvait pas nous sauver. Il n’y avait pas de vertu salvatrice dans notre généalogie. Nous étions seuls devant la justice absolue et la sainteté du Dieu Tout-Puissant, sans rien de cette terre à laquelle s’accrocher. À ce moment-là, nous avons plaidé pour la miséricorde et le pardon et, par le sang de Jésus-Christ, la miséricorde et le pardon nous ont été accordés. Nous sommes devenus des enfants de Dieu et nous pourrions dire comme David : « Car toi, ô Dieu ! tu exauces mes vœux, tu me donnes l’héritage de ceux qui craignent ton nom » (Psaume 61.6).

Cela ne donne aucun lieu pour la vantardise, c’est Dieu qui est glorifié, pas nous-mêmes. Cela indique aux autres qu’il existe un moyen par lequel eux aussi ils peuvent devenir des participants de cet héritage.

Tout comme dans l’écriture efficace, afin d’être des témoins efficaces de la grâce salvatrice de Dieu, nous devons nous mettre à l’arrière-plan et le message au premier plan. Dieu est le message, non pas nous.

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Buvez à grands traits

glass-2619011_640.jpg

« Souvent un travailleur vient me voir au milieu de son quart de travail pour me demander un acétaminophène pour soulager un mal de tête. Je lui dis de boire d’abord un grand verre d’eau, puis s’il a encore mal à la tête, je lui donnerai un acétaminophène. Le plus souvent, le verre d’eau est tout ce dont on a besoin. » Cette sagesse venait d’une jeune femme qui supervisait un centre d’appels.

Les nutritionnistes confirment son conseil. Le premier signe d’être déshydraté est habituellement un mal de tête. D’autres signes sont des vertiges, une incapacité à se concentrer, une faible énergie, un système immunitaire affaibli et la faim. Faim ? Oui, souvent nos corps nous disent que nous sommes affamés quand ce dont nous avons vraiment besoin n’est pas une collation, mais une verre d’eau.

Transférons cela au domaine spirituel. Est-ce que nous buvons à grands traits de la Parole de Dieu, l’eau de la vie ? Ou buvons-nous de la Parole à compte-gouttes ? Quels pourraient être les signes de la soif spirituelle ?

Puis-je suggérer que la soif d’activités et de divertissements mondains est en réalité une soif incomprise pour le rafraîchissement spirituel ? Pourquoi ne pas lire d’abord un chapitre ou deux de la Bible, méditer dessus, et prier ? Est-ce que cela a satisfait votre faim ?

Si votre tête est ailleurs, la lecture de la Bible n’aidera probablement pas. Mais cette désorientation est elle-même un signe d’une soif spirituelle insatisfaite. Pouvez-vous trouver un ami chrétien avec qui vous pouvez lire et discuter de la Bible ?

Une faible résistance à la tentation, le manque d’énergie pour les responsabilités spirituelles, sont autant de preuves que nous ne buvons pas profondément de l’eau de la source de vie qui est la Parole de Dieu.

« Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive », les paroles de Jésus dans Jean 7.37. Le verset 39 explique que Jésus a dit cela du Saint-Esprit, mais n’est-ce pas la Bible qui nous introduit à l’Esprit? Buvons-nous donc à grands traits.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Que veut dire « sauvée en devenant mère » ?

Ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendu coupable de transgression. Elle sera néanmoins sauvée en devenant mère, si elle persévère avec modestie dans la foi, dans la charité, et dans la sainteté (1 Timothée 2.14-15).

Ce sont des versets de Noël. Voici pourquoi. Dans verset 14 et à la première partie du verset 15, l’apôtre Paul parle de la femme qui est dans la transgression et de la femme qui est sauvée en devenant mère. Je crois que cela parle de deux femmes, comme représentantes de toutes les femmes. Le premier est Ève, par la désobéissance de laquelle le péché est venu dans le monde. La seconde est Marie, par l’obéissance de laquelle le remède pour le péché est venu dans le monde.

L’obéissance de Marie a enlevé le reproche qui était tombé sur les femmes par la désobéissance d’Ève. Par la naissance de Jésus, la postérité de la femme, la tête du serpent a été écrasée (Genèse 3:.5). Dans le grec 1 Timothée 2.15 passe d’elle à elles après la virgule. Elle se réfère à Marie en tant que représentante de toutes les femmes, la deuxième moitié du verset passe de la représentante aux particulières et décrit les preuves du salut pour chacune.

D’autres tentatives pour expliquer ces versets ne sont pas très satisfaisantes. La difficulté provient de l’extraction d’un verset ou deux de l’Écriture et de tenter de les expliquer indépendamment des autres Écritures. Supposer que le salut des femmes dépend du fait de porter des enfants crée plus de questions que de réponses. Qu’en est-il de ceux qui n’ont jamais eu d’enfants ? L’idée que la vie des femmes sera épargnée pendant l’accouchement est tout aussi problématique. Qu’en est-il des femmes chrétiennes fidèles qui sont mortes en accouchant?

L’explication donnée ici suit celle donnée par Daniel Whedon et Adam Clarke dans leurs commentaires. Jamieson, Fausset & Brown et Matthew Henry ne font que l’insinuer. (Matthew Henry avait terminé son commentaire jusqu’à la fin des Actes des Apôtres lorsqu’il est mort subitement d’une attaque d’apoplexie. Les commentaires sur les livres suivants du Nouveau Testament ont été faits par treize autres auteurs.)

Publié dans Apologétique | Marqué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Émigration des mennonites aux États-Unis

En raison de la persécution en Suisse de nombreux anabaptistes, ou mennonites, ont fui pour se réfugier au Palatinat. Ils étaient 700 en 1672 seulement et d’autres les ont suivis pour plusieurs années, en provenance de Suisse et d’Alsace. Beaucoup d’entre eux ont tout laissé et ont reçu de l’aide en argent, en nourriture et en vêtements de la part des frères en Hollande.

En 1681, le roi Charles II d’Angleterre accorda à William Penn un vaste territoire dans le Nouveau Monde. C’était pour payer une dette que le roi devait au père de William Penn. Penn, un Quaker, envisageait ce territoire comme un lieu où toutes les bonnes personnes pouvaient vivre ensemble en paix et a commencé à faire de la publicité pour les colons.

Les premiers mennonites sont arrivés en Pennsylvanie en 1683 et beaucoup d’autres ont suivi au cours des 80 prochaines années. Ainsi donc, la persécution des mennonites en Suisse a conduit directement à l’établissement des mennonites en Amérique du Nord.

En 1671, un ministre mennonite nommé Henry Funk fut flagellé et expulsé de Berne. En 1710, un autre Henry Funk vint en Pennsylvanie et s’installa dans une ferme à 50 km au nord de Philadelphie. On ne sait pas s’il était un descendant de l’ancien Henry Funk. Ce deuxième Henry Funk a été ordonné comme ministre et plus tard comme ancien, devenant le premier chef spirituel des mennonites de Pennsylvanie.

Thieleman van Bright, l’ancien de l’assemblée mennonite de Dordrecht aux Pays-Bas, a consacré de nombreuses années à la recherche et à la compilation de témoignages de chrétiens fidèles depuis l’époque des apôtres jusqu’à son époque. Cela comprend de nombreux documents historiques et des confessions de foi ainsi que des comptes rendus de ceux qui ont été persécutés et sont morts pour leur foi. Le livre a été publié en 1660 comme Het Bloedig Toonel Der Doopsgesinde.

Les mennonites de Pennsylvanie parlaient l’allemand et non le néerlandais. Henry Funk et son collègue le ministre Dielman Kolb ont vu la nécessité de rendre ce livre disponible en allemand et ont supervisé le travail de 1745-1748. Le travail résultant a été publié avec le nom Martyrer Spiegel. Il a fallu presque 100 ans de plus avant que le livre soit disponible en anglais sous le nom de Martyrs’ Mirror.

Publié dans l'histoire | Marqué , , , , , , , , , , | 1 commentaire

La beauté de la neige

Le printemps est enfin arrivé en Saskatchewan et notre cour a commencé à émerger de l’accumulation de neige laissée par l’hiver. Nous avons été accueillis ce matin par plus de ce truc blanc tombant du ciel ; à midi environ 10 cm s’est accumulé. La belle neige, blanche et scintillante.

J’avais prévu d’aller en ville ce matin, mais à la vue de cette neige j’ai décidé plutôt de rester à la maison et de contempler sa beauté. Ma décision a été motivée en grande partie par le fait que la neige fondante rendrait moche les rues de la ville, aussi les voitures qu’y circulaient.
cat-1101747_1920.jpg

Il y a quelques minutes, Pookie (qui ressemble beaucoup au chat dans la photo ci-dessus) a décidé qu’il voulait sortir. J’ai ouvert la porte et la vue de toute cette neige à l’autre côté de la porte ne lui semblait très engageante.

Eh bien, pourquoi ne pas rendre le monde dehors un peu plus accueillant pour un chat ? Quelques minutes avec un balai ont suffi à dégager la neige du seuil de la porte et des pierres du patio en face de lui.

Pookie sortit, descendit les marches et arriva au bout des pierres du patio. Puis il a marché avec délicatesse sur la neige, a creusé un trou, l’a utilisé pour une salle de bain, l’a recouverte et est revenu.

Il y a un bac à litière dans la maison, mais c’est partagé avec deux autres chats. Ceci est beaucoup plus hygiénique à son esprit.

Publié dans Insolite | Marqué , , , , , | Laisser un commentaire

Persécution des anabaptistes à Berne, conclusion

EXTRAIT DE LA TROISIÈME LETTRE D’OBERSULTZEM, LE 13 OCTOBRE 1671

Hendrick de Backer, ami le plus estimé et frère bien-aimé en Christ. Je vous souhaite, à vous et aux vôtres, beaucoup de grâce et de paix de la part de Dieu notre Père céleste, par l’intermédiaire de notre Seigneur Jésus-Christ, en guise de salut amical. Amen.

Ceci est en réponse à votre demande touchant la condition de nos frères suisses persécutés. Les faits sont que, le onzième dernier, il fut résolu en plein concile à Berne, d’envoyer aussi les prisonniers mâles jeunes et forts sur les galères, comme ils l’ont fait auparavant à six d’entre eux ; mais le vieux et faible ils enverraient ailleurs, ou les gardent dans l’emprisonnement perpétuel. Apprenant cette résolution, et étant poussé à la compassion, un certain monsieur à Berne est allé aux magistrats, et a demandé qu’ils seraient contents de reporter le renvoi des prisonniers jusqu’à ce qu’il puisse aller à leurs compagnons croyants, résidant en Alsace, et voir s’ils seraient responsables des prisonniers, en promettant que ceux-ci, après avoir quitté le pays, ne reviendraient plus sans leur consentement. Ce qu’il obtint, et, arrivant en Alsace chez nos amis, il leur présenta l’affaire, qui, dès qu’ils l’eurent entendu, accepta aussitôt les conditions, et promit, au cas où les autorités de Berne seraient heureuses d’envoyer les prisonniers à eux, qu’ils seraient responsables d’eux, et les aideraient à obtenir d’autres demeures. Si je comprends bien, nos amis ont promis à ce monsieur (il s’appelait Beatus), non seulement par oral, mais aussi par écrit. Là-dessus, il leur promit de nouveau de faire de son mieux auprès des autorités de Berne, et espérait en obtenir tant, qu’ils amèneraient les prisonniers jusqu’à Bâle, d’où les amis pourraient les emmener avec eux. Aussi avons-nous hâte de les rencontrer, espérant chaque jour entendre qu’ils sont arrivés en Alsace, ou qu’ils viendront nous voir.

En ce moment sont arrivés chez moi, quatre frères suisses avec leurs femmes et leurs enfants, qui disent que beaucoup d’autres sont sur le chemin, puisque la persécution et la recherche augmentent chaque jour. En conclusion, je vous recommande, après une salutation chrétienne et fraternelle, au Très-Haut, pour votre salut éternel.

Votre ami affectueux et votre frère en Christ,
JACOB EVERLING.

EXTRAIT DE LA QUATRIÈME LETTRE, DATÉE DU 2 NOVEMBRE 1671

En ce qui concerne nos amis suisses, ils arrivent maintenant dans de grands partis, de sorte qu’il y a déjà plus de deux cents personnes, et parmi elles il y a beaucoup de vieilles personnes à tête grise, hommes et femmes, qui ont atteint soixante-dix, quatre-vingt, oui, quatre-vingt-dix ans ; aussi un nombre qui sont infirmes et boiteux ; portant leurs ballots sur le dos, avec des enfants sur leurs bras, quelques-uns de bonne humeur, d’autres aussi avec des yeux larmoyants, en particulier les personnes âgées et faibles, qui maintenant dans leur grand âge sont obligés d’errer dans la misère et d’aller dans des pays étrangers et que beaucoup d’entre eux n’avaient rien pour dormir la nuit, et que moi et d’autres avec moi avons maintenant deux semaines pour en faire notre travail habituel, pour leur fournir un abri et d’autres articles de première nécessité.

Nous attendons encore plus, nous espérons que lorsque les gens auront quitté le pays, les prisonniers seront également libérés. Adieu.

La suite était que de plus en plus de fugitifs expulsés descendaient de Suisse dans le Palatinat, en tout près de sept cents personnes, âgées et jeunes, parmi lesquelles se trouvaient des familles de huit, dix et douze enfants, qui étaient à peine en mesure d’apporter avec eux assez pour leurs frais de déplacement, comme le montre l’extrait suivant

CINQUIÈME EXTRAIT DU MÊME OBERSULTZEM, LE 5 JANVIER 1672

Arrivé dans la région au-dessus de Heidelberg, un homme, ministre du Nord, avait douze enfants, pour la plupart très jeunes, mais, comme je le comprends, il n’avait apporté que quatre rix dollars en argent et un très pauvre cheval. Quelques autres ont apporté avec eux de l’argent, mais beaucoup de rien du tout, de sorte qu’après un examen minutieux, on a trouvé parmi deux cent quatre-vingt-deux personnes, mille quarante-six rix dollars. Et dans le bailliage d’Alzey, sur deux cent quinze personnes, six cent huit rix dollars.

Dans le juridiction de Darmstein, on a trouvé cent quarante-quatre personnes ; mais quant à leurs moyens, je n’ai pas appris ; mais, d’après les apparences, je les juge les plus indigents. Bref, nous trouvons que leur nombre se compose d’environ quatre-vingts familles, puis de veuves, de célibataires, de maris et de femmes qui ont dû abandonner leurs compagnons, parce que ceux-ci, attachés à la religion réformée, ne pouvaient pas faire leur les esprits pour partir ; en tout, six cent quarante et une personnes, dont les fonds ne dépassent pas la petite somme déjà indiquée ; de sorte que vous pouvez facilement calculer, qu’une aide considérable sera nécessaire. Outre ceux-ci, on comprend, il y a une centaine de personnes de plus en Alsace, à qui nous attendons aussi à l’avant de l’année. Adieu. Jusque-là les extraits des lettres.

Par la suite, les confréries résidant dans les provinces des Pays-Bas, en mars de la même année 1672, en envoyèrent quelques-unes au Palatinat, qui voyageaient partout vers les frères persécutés, et en leur entendaient et voyaient, ont non seulement trouvé ce qui précède pour être vrai, mais aussi, que déjà certains des derniers mentionnés étaient venus d’Alsace, qui, apportant aussi, comme les autres, pas de fonds avec eux, étaient avec ceux-ci.

De plus, ils ont appris de certains des quarante prisonniers eux-mêmes qu’ils avaient tous été libérés et, selon la demande du gentleman susmentionné, ils ont été amenés à Bâle, et ils se sont tournés vers leurs frères, avec qui ils sont ensuite partis. Mais quand on leur demandait pourquoi ils n’étaient pas partis plus tôt pour chercher de tels endroits où ils auraient pu vivre avec plus de liberté selon leur conscience, voyant que les autorités n’avaient pas empêché leur départ, ils donnèrent des raisons différentes, dont les suivants n’étaient pas les moindres

1. Ils disaient que les églises grandissaient et se multipliaient, de sorte que, quoique sous la croix, elles fleurissaient comme une rose parmi les épines, et qu’on pouvait espérer une augmentation supplémentaire, parce que beaucoup de personnes se manifestaient, qui voyaient la lumière briller des ténèbres, ont commencé à l’aimer et la chercher ; que les ministres, considérant cela dans leur cœur, se sont montrés réticents à quitter le pays, craignant que cette récolte prometteuse ne soit perdue, et que beaucoup d’entre eux se détournent de leur bon but ; et par conséquent, ils ont plutôt choisi de souffrir un peu plutôt que de partir, afin qu’ils puissent encore sauver certaines âmes de la perdition, et les amener à Christ.

2. Une deuxième raison était qu’ils ne pouvaient pas si facilement prendre leur départ vers d’autres pays, parce qu’il y a parmi eux beaucoup de familles divisées, dont le mari ou la femme est dans l’église, tandis que le compagnon fréquentait encore l’église publique, auquel cas si ceux-ci ne suivaient pas leurs compagnons persécutés, abandonnaient aussi tout et quittaient la campagne, cela causait beaucoup de désagrément et de chagrin ; qu’il y avait même plusieurs ministres non exempts de cette difficulté, et qu’il y avait aussi deux ministres dans le Palatinat, qui avaient des femmes qui n’étaient pas dans l’église, et qu’elles avaient secrètement été averties par un bon ami de partir de nuit et de prendre la fuite, sans savoir encore si leurs femmes les suivraient, ou si, aimant leurs biens plus que leurs maris, ils resteraient là dans le pays et abandonneraient leurs maris. Que de tels cas aient créé plus de chagrin et de difficultés, parce que les autorités accordaient la liberté aux personnes restantes, femmes ou hommes, de se remarier et de chercher d’autres compagnons.

Ces raisons, entre autres, les avaient empêchés de quitter leur terre terrestre pour échapper à toute contrainte, mais les induisit, plutôt (comme ils l’avaient fait maintenant), à attendre qu’ils voient qu’ils ne pouvaient plus rester là et conserver une bonne conscience.

  • traduit de Martyrs Mirror
Publié dans document anciens, l'histoire | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Persécution des anabaptistes à Berne

SEPT CENTS PERSONNES OPPRIMÉES ET PERSÉCUTÉES À BERNE

Dans l’an 1671, il se produisit encore une persécution sévère contre les anabaptistes, dans ledit territoire de Berne ; cette persécution était si rigoureuse et si longue, qu’il semblait que les autorités n’abandonneraient pas, jusqu’à ce qu’elles aient complètement chassé ces gens de leur territoire ou les aient exterminés. En conséquence, il arriva aussi qu’environ sept cents personnes, petites et grandes, se virent obligées de quitter leur demeure, abandonnèrent leurs biens, et beaucoup d’entre elles, ainsi que leurs parents, avec leur patrie terrestre, et se rendirent avec les autres au Palatinat, dans l’espoir que le Seigneur l’ordonne, afin qu’ils y trouvent un lieu de résidence. Nous étions témoins oculaires de la façon dont cela s’est passé quand ils sont arrivés là-bas, et nous avons inspecté endroit sur endroit où ils étaient venus pour trouver des logements.

Cependant, comme nous, juste avant d’y aller, avions reçu, des personnes persécutées elles-mêmes, ainsi que d’autres personnes qui écrivaient en leur nom, et comme elles le leur disaient, plusieurs lettres qui indiquent clairement les circonstances et les conditions de cette persécution. Comme nous l’avions entendu de leurs propres lèvres, nous avons jugé utile d’insérer ici la même chose, afin que le lecteur chrétien, en les lisant, puisse s’imaginer qu’il entende le récit, non des témoins de l’oreille ou des yeux., mais même des personnes mêmes qui ont souffert ont dit la persécution. Les lettres se lisent comme suit

EXTRAIT DE LA PREMIÈRE LETTRE, DATÉE DU 7 AVRIL 1671, D’OBERSULTZEM

Quant à la demande des amis, concernant la situation de nos frères suisses dans la territoire de Berne, les faits sont qu’ils sont dans un état très triste, comme nous l’ont appris de la bouche des fugitifs qui sont arrivés ici, certains d’entre eux qui sont toujours dans ma maison. Ils disent qu’ils sont chassés tous les jours avec des gendarmes et, comme ils peuvent en avoir, emmenés prisonniers à la ville de Berne, de sorte qu’il y a environ quatre semaines, une quarantaine d’hommes et de femmes étaient en prison. Ils en ont aussi flagellé quelques-uns et les ont bannis du pays, dont l’un est arrivé ici. Ils ont également flagellé un ministre de la Parole, puis l’ont conduit hors du pays, en Bourgogne, où, quand ils sont arrivés là-bas, ils l’ont d’abord marqué d’un fer et l’ont laissé partir parmi les Wallons. Cependant, comme il ne pouvait parler à personne, il dut faire trois jours avec son corps brûlé, avant que ses blessures ne soient pansées et qu’il obtînt des rafraîchissements ; étant dans une telle condition, que quand ils l’ont déshabillé dans le but de panser ses blessures, le pus a coulé en bas sur son dos, comme un frère qui a aidé à panser la blessure m’a dit lui-même. Cet ami est arrivé en Alsace avec deux femmes et un homme, qui avait également été flagellé et banni. C’est pourquoi ils agissent très sévèrement, et, semble-t-il, n’abandonneront pas leur but, jusqu’à ce qu’ils aient complètement banni de leur pays et exterminé ce peuple inoffensif.

Il semble également que rien de plus ne peut être fait en faveur de ces frères persécutés ; car d’ailleurs les amis d’Amsterdam et d’ailleurs ont travaillé pendant plusieurs années à cet égard, de sorte que plusieurs lettres de recommandation favorables des seigneurs des Pays-Bas, comme en particulier de la ville d’Amsterdam, et aussi d’autres personnes de qualité, ont été envoyé là aux magistrats ; aussi, en l’année 1660, un Express nommé Adolf de Vreede, leur a été envoyé ; Cependant, il n’a pas beaucoup d’effet pour le bénéfice de nos amis là-bas. Par conséquent, je ne peux pas voir que les amis à l’heure actuelle seront capables d’effectuer n’importe quoi qui tendrait au soulagement de nos frères persécutés là. Nous devrons attendre avec patience la délivrance que le Seigneur, notre Dieu, sera heureux de leur accorder.

EXTRAIT DE LA DEUXIÈME LETTRE D’OBERSULTZEM, LE 23 MAI 1671

La persécution de nos amis continue aussi rigoureuse qu’auparavant, de sorte que nous sommes surpris, qu’ils ne font pas plus de vitesse à quitter le pays. De temps à autre, un ou deux descendent ; mais la plupart d’entre eux restent encore au-dessus de Strasbourg, en Alsace. Certains vont dans les bois et coupent du bois ; d’autres vont à la montagne et travaillent dans les vignes, dans l’espoir, comme il me semble, que la tranquillité sera bientôt rétablie, et qu’ils pourraient alors, avec plus de commodité, retourner dans leurs demeures abandonnées ; mais je crains que cela ne passera pas si vite, et qu’ils se trouveront grandement trompés dans leur espérance.

Les magistrats de Berne firent attacher à une chaîne six prisonniers, parmi lesquels un homme avec neuf enfants, et être vendus pour la mer, pour servir d’esclaves galères entre Milan et Malte ; mais quant à ce qu’ils se proposent de faire avec les autres prisonniers, ils ne peuvent pas vraiment être appris. Un des prisonniers, un vieil homme d’environ quatre-vingts ans, est mort en prison. Que le Seigneur les réconforte dans leur tristesse, et les fortifie dans leur faiblesse, afin qu’ils puissent supporter patiemment la croix, et s’efforcer fidèlement jusqu’à la fin, pour la vérité de l’Évangile, et ainsi être finalement rendu capable d’obtenir le salut et la couronne de vie promis. Amen.

  • traduit de Martyr’s Mirror, pages 1126 à 1127. À suivre
Publié dans document anciens | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Des églises mennonites d’entrée de gamme

« Je préfère la traduction New English de la Bible, c’est plus facile à comprendre pour les gens de notre temps. » Nous avions soupé avec Peter Dueck et sa femme dans leur maison à Lowe Farm, Manitoba. M. Dueck (il ne voulait pas qu’on pas l’appele Révérend) était ministre de l’église mennonite de Lowe Farm. Chris et moi avons partagé notre souhait de devenir mennonites et nous avons reçu une invitation chaleureuse à nous joindre à leur assemblée.

J’ai acheté une New English Bible et nous l’avons utilisée dans notre lecture de la Bible en famille. Nous avons commencé à fréquenter l’église à Lowe Farm et nous nous sommes vite sentis chez nous.

L’automne, on a annoncé les cours de catéchisme pour ceux qui voulaient devenir membres de l’église. Nous nous sommes inscrits et ont passé l’hiver à étudier la doctrine mennonite. Les autres dans la classe étaient des jeunes de la congrégation. Les choses se passaient bien ; j’étais excité que nous serions bientôt membres d’une église mennonite. Le printemps est arrivé et aussi la fin des séances pour apprendre le catéchisme. Le jour du baptême s’approchait. C’était alors que M. Dueck nous a informés que nous ne serions pas baptisés. Chris avait été baptisé comme bébé et moi à l’âge de neuf ans. Ils ont décidé de nous accepter comme membres sur la base de ces baptêmes.

J’étais stupéfait. Je savais assez de l’histoire et doctrine pour savoir que le baptême des croyants avait toujours été une caractéristique distinctive de la foi anabaptiste-mennonite. Et nous n’avions certainement pas été croyants lorsqu’une forme de baptême nous avait été appliquée comme enfants.

J’étais déconcerté, blessé et confus. Nous n’avions pas caché notre désir d’être baptisé, basé sur notre conviction que le baptême des incroyants n’avait aucune validité. Personne n’avait suggéré quelque chose de différent, maintenant nos attentes ont été brisées.

Nous décidions donc de visiter d’autres églises mennonites, mais lesquelles ? Il y en avait beaucoup, y compris l’Église de Dieu en Christ, Mennonite. J’ai aimé jaser avec les membres de cette église à mon travail, mais je hésitais d’assister à leur église. Je suppose que nous cherchions une église mennonite d’entrée de gamme.

Nous apprécions toujours les gens de l’église à Lowe Farm, mais nous avons décidé de chercher autre église. Nous n’avions pas pu le mettre en paroles, mais nous cherchions une église qui ne nous coûterait pas trop cher en termes d’engagement.

La prochaine église était d’une autre dénomination mennonite dans la ville de Carman. Au début du service, le ministre a demandé à tous de se lever, de serrer la main et de se présenter aux personnes de chaque côté, devant et derrière. Il semblait vraiment chaleureux et amical. La chaleur de ces introductions a duré jusqu’à ce que l’amen final a été prononcé et tous les gens se sont dirigés directement vers les portes. Nous étions les derniers à sortir, échangeant quelques mots avec le pasteur. Sur la route de rentrée à la maison, nous avons décidé que nous n’aurions plus besoin de visiter cette église.

Ensuite nous avons essayé l’autre église mennonite de la ville. La première chose que nous avons remarquée était le grand nombre de jeunes sérieux. L’histoire de ce qui se passait émergeait pendant les semaines suivantes. Un jeune homme qui avait grandi ici avait vécu une vie décidément non-chrétienne était parti à la recherche de l’aventure. Il a entendu un prédicateur de rue à Vancouver et a senti le poids de ses péchés. Lorsqu’il a rendu sa vie au Sauveur, toutes les choses qu’il avait faites sont venues à l’esprit. Il s’est associé à un groupe de jeunes chrétiens pour quelque temps, jusqu’à ce qu’ils l’encourageaient à retourner chez lui et prendre soin du gâchis qu’il a laissé derrière lui.

Il a retourné et il a cherché les gens à qui il avait fait tort, avouant ce qu’il a fait et remboursant les gens là où c’était nécessaire. Son exemple et la liberté qui était évidente dans sa vie, a apporté de la conviction aux autres jeunes.

Une adolescente a raconté comment elle a senti le besoin d’aller dans un magasin où elle avait volé un certain nombre d’articles pour avouer ce qu’elle avait fait. Elle a résisté au début, parce qu’elle n’avait aucune idée de comment payer pour ce qu’elle avait volé. Mais elle était partie, a demandé à voir le gérant du magasin et lui a raconté toute l’histoire. Le visage du gérant ne donnait aucun indice de ce qu’il pensait. Quand elle eut fini, il demanda : « Pensez-vous que votre groupe de jeunes pourrait venir partager leurs témoignages dans notre église ? Nos jeunes ont besoin d’entendre ça. »

Ainsi le mouvement s’était étendu. Les jeunes de l’église tenait maintenant une réunion tous les mercredis soirs en ville, où les jeunes se rassemblaient pour chanter et partager leurs témoignages.

Le pasteur Harvey* était entièrement favorable, toujours prêt à écouter et à conseiller. Nous aussi l’avons trouvé chaleureux et favorable. Il nous a dit qu’il utilisait la version Living Bible, car il pensait qu’elle était rédigée d’une manière que les jeunes pouvaient facilement comprendre. Alors je me suis acheté une autre Bible.

Pendant cette période Chris a fait plusieurs rêves, des cauchemars vraiment. Les rêves apportaient des scènes vives de la fin du monde et du retour du Seigneur, accompagnées d’un sentiment de terreur qu’elle n’était pas prête. Elle est allée rendre visite au pasteur Harvey* et il lui a assuré qu’elle n’avait pas à s’inquiéter, elle faisait ce que Dieu voulait qu’elle fasse.

À l’automne, on annonça que Daniel*, l’évêque à la retraite, enseignerait des études bibliques pendant l’hiver sur le thème de la fin du temps et du retour du Christ. Nous avons assisté à ces études bibliques et avons cru tout lorsque l’évêque âgé a pris des versets et des parties de versets d’ici et là et les a tissés dans une histoire de l’enlèvement de l’église, de l’Antéchrist, de sept années de grande tribulation d’Armageddon et l’établissement du règne de Christ pour mille ans.

Tout semblait bien se passer, lors de nos visites chez le pasteur Harvey* il semblait que le baptême ne serait pas loin. Puis il y a eu une réunion surprise à l’église où les anciens de l’église nous ont informés que ce mouvement de jeunes les fait peur, cela ressemblait trop au pentecôtisme. Ils avaient donc décidé de renvoyer le pasteur Harvey* et de redonner la responsabilité pastorale à l’évèque Daniel* jusqu’à ce qu’un nouveau pasteur peut être trouvé.

  • les noms marqué d’un * ne sont pas les noms réels de ces personnes
Publié dans Insolite | Marqué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire